Monday, November 30, 2020

Obituary on Imam Kobine

Zentralafrikanische Republik ZAR République Centrafricaine RCA Central African Republique CAR Imam Kobine Layama Christian Muslims

A human being is irreplaceable. This is a popular phrase, but often it is not much more than a gesture of politeness. But for some people it is true. For people in particular, who are committed to the community in which they live in an unmistakable way. One such person was Imam Oumar Kobine Layama.  -- Version française ci-dessous --


The Muslim cleric, project ambassador of the House of One, President of the Islamic Council of the Central African Republic and co-founder of the local Interfaith Platform (PCRC), died unexpectedly on Sunday, November 29, 2020, in the capital Bangui. We remember him with great sadness and gratitude.


Peacemaker between Christians and Muslims


When, from the end of 2012, the fighting of the enemy alliances, the so-called Seleka and the anti-Balaka, plunged the Central African Republic into a civil war and fighting was often interpreted as acts of violence between Muslims and Christians, it was Imam Oumar Kobine Layama and his Christian brothers in office, Archbishop Nzapalainga and Pastor Guérékoyamé-Gbangou, who, often at the risk of their lives, confronted the rebel groups, denied the fighting a religious legitimation and advocated steps towards peace.


In 2013, the year of the worst fighting, when Imam Layama found protection in the home of Archbishop Nzapalainga who welcomed the Imam and his family, the three clergymen founded the inter-religious "Platform of Religious Denominations in the Central African Republic" (PCRC). It was a sign of living understanding between Christians and Muslims in the midst of all the violence and an energetic departure, carried by the hope for a more peaceful future for the country. Thus the platform has grown, with the center in Bangui, the branch offices in the provinces, women's work, inter-religious radio and much more.


Lost Generation of the Civil War


Throughout all these years until the end - recently re-elected President of the Islamic Council - Imam Layama was the tireless initiator and companion of these small steps towards peace, quite unpretentiously and therein a wonderful interlocutor. In our conversations he always had the youth at heart, the, as he said, "lost generation of the civil war", connected with his concern to show this generation again meaningful life perspectives and to take care for their elementary bases of life. What is needed is a rebirth of social peace from the unity of the religions in order to create a counterweight in the face of all divisions, hatred and inequality.


Following this conviction, the work of Imam Layama has never been on a symbolic level, but has been linked to the concrete tasks of humanitarian interventions and aid as well as the reconstruction of the state.


Winner of the Aachen Peace Prize


On the part of the House of One, we have been in continuous and enriching contact with Kobine Layama since the end of 2015. The Imam and the Archbishop had become aware of the House of One during their visit to Germany on the occasion of the presentation of the Aachen Peace Prize and approached us with the wish to start a similar project in Bangui. A "National House of Peace and Religions" should slowly, step by step, grow into a symbolically protected crystallization place of national peace efforts, commemoration and reconciliation.


We worked intensively together on this, thinking together the religious traditions and confessions with the real problems and social questions, in order to change society from a religious attitude. This point of action has always been important to Imam Layama, the consequence of not letting oneself and the others fall asleep in an irresponsibility - a beautiful formulation from the laudation at the awarding of the Peace Prize 2015.


For the House of One the project of the "House of Peace and Religions" in Bangui is a very central partner project. The other milestones in the joint planning and reflection with Imam Layama were imminent. As a sign of our solidarity, we also approached the Imam a year ago with the request to help lay the foundation stone for the House of One in Berlin in spring 2020. We were very happy about his promise, but the Corona Pandemic forced us to postpone the ceremony until next spring.

 

Laying of the foundation stone of the House of One

 

Just in the last week we started the preparations for the laying of the foundation stone again and it was beyond any discussion to invite Imam Layama again and renew the request for his participation in the laying of the foundation stone. It will not come to that now.


We will have to take up and continue his ideas and his courage, his wisdom and thoughtfulness in the difficult process of small peace steps, knowing that this is exactly what he would have wanted.
It will not be possible to replace Imam Layama, the gap he leaves behind is frighteningly large, but probably the Imam would have said with his very own, profound smile that not only he himself is irreplaceable, but every person in this world, no matter what religion, is an unmistakable creature of God.


For Imam Oumar Kobine Layama, his further fate may now lie with God, the Merciful:

إِنَّا لِلَّهِ وَإِنَّآ إِلَيۡهِ رَٲجِعُونَ

We belong to Allah and to Him we return. (Sura 2:156)

 

On behalf of the House of One Foundation - Bet- und Lehrhaus Berlin

Roland Stolte
Management Content and Concept
Chairman of the Administrative Board

 

Version française:

 

Hommage à l‘Imam Oumar Kobine Layama

†  29 novembre 2020

Président du Conseil islamique de la République centrafricaine,
Co-fondateur de la plate-forme interconfessionnelle du pays (PCRC) et ambassadeur du projet
House of One

 

On dit facilement qu'une personne est irremplaçable, mais souvent, ce n'est guère plus qu'une formule de politesse. Pour certaines personnes, cependant, cela correspond à la vérité, en particulier pour celles qui s’engagent de manière unique pour la communauté dans laquelle elles vivent. L'une de ces personnes était l'Imam Oumar Kobine Layama.

Lorsque, à partir de la fin de 2012, les combats des coalitions ennemies de République centrafricaine, les dénommées « Seleka » et les « Anti-Balaka » ont plongé le pays, qui est l'un des plus pauvres au monde, dans une guerre civile, les combats ont souvent été considérés comme des actes de violence entre musulmans et chrétiens. l'Imam Oumar Kobine Layama et ses frères chrétiens en exercice, l'archevêque Nzapalainga et le pasteur Guérékoyamé-Gbangou, ont alors, souvent au péril de leur vie, affronté les groupes rebelles, refusé aux combattants une légitimation religieuse et préconisé des mesures en faveur de la paix.  En 2013, l'année des pires combats, lorsque l'Imam Layama a trouvé refuge chez l'archevêque Nzapalainga, qui l'a recueilli avec sa famille, les trois ecclésiastiques ont fondé la « Plateforme des confessions religieuses en République centrafricaine » (PCRC). Celle-ci est un signe de l’entente vécue entre chrétiens et musulmans au milieu de toutes les violences, et représente un élan dynamique, porté par l'espoir d'un avenir plus pacifique du pays. Par la suite, la plate-forme s'est développée, avec le centre de Bangui, les antennes en province, le travail des femmes, la radio interreligieuse, etc.

Pendant toutes ces années et jusqu'à la fin - récemment réélu président du Conseil islamique - l'Imam Layama a été en toute simplicité l'infatigable initiateur et compagnon de ces petits pas vers la paix et un merveilleux interlocuteur. Au cours de nos conversations, il a toujours eu à cœur la jeunesse, qu’il appelait la « génération perdue de la guerre civile », et il était soucieux d’offrir à cette génération de nouvelles perspectives de vie et de leur garantir une subsistance de base. Il est nécessaire que l’union des religions mène à une « renaissance de la paix sociale » afin de créer un contrepoids face à toutes les divisions, la haine et l'inégalité.

Suivant cette conviction, l'action de l'Imam Layama n'était pas uniquement symbolique, mais était liée aux missions concrètes des interventions et de l'aide humanitaires ainsi qu'à la reconstruction de l'Etat.

En ce qui concerne House of One, nous étions depuis fin 2015 en contact permanent et enrichissant avec Kobine Layama. L'Imam et l'archevêque avaient pris connaissance de l'existence de House of One lors de leur visite en Allemagne à l'occasion de la remise du prix de la paix d'Aix-la-Chapelle et nous avaient approchés avec le souhait de lancer un projet similaire à Bangui. Une « Maison nationale de la paix et des religions » allait peu à peu, étape par étape, se transformer en un lieu symboliquement protégé de cristallisation des efforts nationaux de paix, de commémoration et de réconciliation. Nous avons intensément travaillé en collaboration sur ce projet, en réfléchissant ensemble aux traditions et confessions religieuses ainsi qu’aux réels problèmes et questions sociales y étant liés, afin de changer la société en partant d'une attitude religieuse. Ce point d'action a toujours été important pour l'Imam Layama, la conséquence de ne pas se laisser « endormir », ainsi que les autres, par « l'irresponsabilité » - une belle formulation venant de son discours de la remise du Prix de la Paix de 2015.

Pour la House of One, le projet de la « Maison nationale de la paix et des religions » à Bangui est un projet partenaire très central. Les autres étapes de la planification et de la réflexion communes avec l'Imam Layama étaient encore à venir. En outre, en signe de solidarité, nous avions demandé à l'Imam, il y a un an, de nous aider à poser la première pierre de la House of One à Berlin au printemps 2020. Nous étions très heureux de sa réponse positive, mais la pandémie de Corona nous avait obligés à reporter l’événement au printemps prochain.

La semaine dernière encore, nous avons travaillé à la nouvelle organisation de la pose de la première pierre, et il était indiscutable que nous voulions renouveler notre demande de participation à cet événement à l'Imam Layama. Hélas, nous n’aurons pas la chance de vivre ce moment en commun.

Nous allons devoir nous inspirer de ses idées et de son courage, de sa sagesse et sa réflexion dans le difficile processus de petits pas de paix afin de poursuivre sa mission, sachant que c'est exactement ce qu'il aurait voulu.

Il ne sera jamais possible de remplacer l'Imam Layama, le vide qu'il laisse derrière lui est effroyablement grand, mais l'Imam aurait probablement dit, avec son sourire profond et bienveillant, qu’il était irremplaçable au même titre que chaque personne en ce monde, qui est, quelle que soit sa religion, une créature unique de Dieu.

C'est avec une grande tristesse et à la fois une immense gratitude que nous pensons à l'Imam Oumar Kobine Layama. Son destin repose désormais dans les mains de Dieu, le Miséricordieux.

 

إِنَّا لِلَّهِ وَإِنَّآ إِلَيۡهِ رَٲجِعُونَ

"Nous appartenons à Allah, et c’est à Lui que nous retournerons." (Sourate 2:156)

 
 

Au nom de la Fondation House of One – Maison de prière et d'enseignement de Berlin

Roland Stolte
Direction contenu et concept
Président du Conseil d'administration